drapeau normand
©drapeau normand
Envie de parler normand ?

On vous apprend quelques mots de patois local

Le patois normand : une langue locale encore bien utilisée, on vous en donne quelques clefs !

Le patois est localement une langue à part entière. En fonction de la région de La Manche où vous vous rendez, le patois y diffère et chaque territoire possède son patois, ainsi dans le nord de la Manche et dans le Saint-Lois le patois sera différent. Nos parents et grands parents utilisaient le patois beaucoup plus que nos générations actuelles. Il persiste cependant une utilisation, bien que réduite, de nombreux mots dans le langage courant. Nous allons dans cet article, vous transmettre quelques expressions ou mots de vocabulaires bien de chez nous.

 

 

Un peu d’histoire : l’évolution de la langue

Avant le 9e siècle, le latin est la langue principale en Gaulle, puis il évolue petit a petit en dialectes régionaux. Entre le 9e et le 12e siècle, période ou Guillaume Le Conquérant conquiert l’Angleterre (1066), et où les conquêtes de territoire font rage, la langue Normande devient dominante dans le royaume de Guillaume Le Conquérant puis de son petit fils Henri II qui possède tout l’ouest de la France, le Pays de Galles, l’Ecosse et l’Irlande.

Entre le 13e et le 16e siècle, 4 langues régionales subsistent jusqu’au 14e dans le nord de la France parmi lesquelles le normand qui continue d’être enrichi par les influences germaniques notamment. Puis à partir du 15e siècle, ces 4 langues vont se fondre et devenir l’ancien Français qui deviendra la langue officielle des rois de France. Le Français va ensuite connaître de nombreux remaniements pour devenir progressivement le Français que nous connaissons aujourd’hui mais en parallèle, les langues locales vont continuer à être transmises de générations en générations pour être utilisées par l’essentiel de la population au moins jusqu’au 18e.

Entrons dans le vif du sujet :

Voici quelques mots usuels, utilisés très fréquemment. Nous les avons écrits tels qu’ils se prononcent pour faciliter la compréhension. Ils sont aujourd’hui encore très employés au quotidien.

Bacouetter : bavarder

Bouiner : faire des choses, bricoler

Arquer : marcher

Une vaque : une vache

Un qua : un chat

Un quien / tchen : un chien

Le Calendos / clacos : le Camembert

la goule : le visage ou la « gueule »

itou : aussi  –  exemple « Mé itou » qui signifie « moi aussi »

Mé, té : moi, toi

A bère : a boire

Vère / vé : voir / vois  – exemple « tu me vé ? » qui signifie  « Tu me vois ? »

Do mé : avec moi

La clanche : la poignée de porte d’où le verbe clancher : ouvrir la porte ou fermer a clef

Les fieurs / les fieu : les fleurs

Le solé : le soleil

Dré : droit

Dracher : pleuvoir

Se dépatouiller : se sortir d’une situation problématique

Moque : tasse (pour voire le cidre)

Muler : bouder

Petiot : petit enfant  /  petioter : accoucher

Poumyi : pommier

Quéton : âne

Tchéru : costaud

Mouju : manger

Quelques expressions locales indispensables :

Y’r’pleut : il re pleut / il pleut encore

A ti té : comment tu vas ?

A tantôt : a bientôt / a plus tard

Passer la toile : laver le sol

A-ti bère un coup ? : veux-tu boire un verre ?

Dans la quart : dans l’angle

Heulo : oh la la

Qui q’sé ? : Qui est-ce ?

ça s’embernaudit : le temps se gâte

Boujou : bonjour

i crachine : il tombe une pluie fine

 

 

Le saviez-vous ?

Jusqu’au milieu du 14e siècle, le normand était la langue officielle de la cour d’Angleterre.  Dans les îles Anglo-Normandes, il est encore aujourd’hui la langue officielle, judiciaire et administrative. De nombreux mots du patois normand ont donné à la langue anglaise une partie de son vocabulaire :

Cat : chat, garden : jardin, fork : fourchette, etc.

A Jersey on enseigne le Jerriais, la langue normande locale et cela concerne plusieurs centaines d’élèves. Les anciens de l’île parlent encore ce dialecte et certains s’adresseront à vous dans cette langue qui pour eux est maternelle.

 

Découvrir le territoire

D'autres articles à parcourir